Le canari Timbrado Espagnol

Le canari Timbrado a une histoire, il a toujours était élevé pour son chant
En Espagne dans différentes régions mais principalement au nord ouest de l’Espagne.

Les dénominations physiques du véritable canari Timbrado sont apparus dans les années 1960, auparavant on parlait de canarios del pais (canaris du pays), il a pour origine commune le Raza qui se confondait a une époque.
A l’origine le timbrado est vert, petit (mais moins petit que le raza) environ 12cm, de tempérament bagarreur et nerveux, il a les pattes brunes et le bec plutôt petit.
De nos jours les élevages comprennent des timbrados verts bien sur, mais aussi des panachés et même de souche jaune, voir blanche ce qui reste encore très rare pour cette oiseau.



Ce merveilleux chanteur qu’est le timbrado, son chant n’a nul pareil !
En effet, il chante plus fort et plus rythmiquement que le Harz avec des tonalités métalliques, et moins fort que le malinois sans pour autant ne rien gâcher à sa magnifique prestance.

Le timbrado est un merveilleux compagnon il est gai, robuste, nerveux. Il est le seul canari de chant a pouvoir faire ses tours dans un sens puis dans un autre comme bon lui semble !
C’est un interprète remarquable, un virtuose des sons, il a ce petit coté de folie qui lui permet d’enrichir ses chants d’une façon remarquable en prenant des tonalités sauvages, de ruisseaux, métallique, de castagnette, d’ailleurs son chant se rapproche beaucoup du canari originel (en moins aigus) dont il est issu avec le raza mais sans aucunes comparaisons avec ce premier et ce second puisque le timbrado est sélectionné pour son chant depuis de nombreuses années et rien que pour ça !
Maintenant différentes classes ou écoles de chant sont définis, quoi qu’encore discuté en Espagne, la classique (continuo) plus mélodieux avec des phrases longues et de nombreuses variations, la discontinu (discontinuo) me rappelle les chants sauvages, m’interpelle sur nos devoirs envers la nature et la semi classique (intermédio) qui se situe entre les deux.

un nouveau site pour les aficionados

Voila il est née un vrai site pour les Aficionados du canaris Timbrado

Après un certain moment de réflexion, nous nous sommes attelés à vous créer un site digne de ce nom: Le site de l'ATFETE


http://www.ATFETE.com/


Sur ce site vous pourrez apprécier plus de fonctionnalités, toujours des articles, des reportages, des vidéos, des photos dans sa partie publique mais il y a aussi une partie réservée à nos membres.
Cette partie privée regroupe un collectif d'éleveurs très sympatiques qui s'entraident à promouvoir le canaris de chant Timbrado en France et ainsi faciliter des échanges amicaux entre les éleveurs, faire connaître l’élevage français du canari Timbrado tel qu' il recommandé par la C.O.M, notamment en ce qui concerne la nature du chant, tout en encourageant les initiatives particulières.




BAGUAGE D'UN TIMBRADO

Loading...

mardi 29 avril 2008

Classique, Intermédio et Discontinu

Classique, Intermédio et Discontinu
De M. A. Martin Espada, traduction de E. Eweg (2001) puis de moi mêmes. (2008)



Un timbrado ne ressemblera pas et jamais à un autre!
Dans la famille du Timbrado vous pouvez avoir des chants très différents


En Espagne vous pouvez rencontrer différentes écoles de chants de timbrado suivant leurs régions respectives d’origine, un oiseau de Zaragoza, un oiseau de Séville, d’Oviedo, de Barcelone ou de Madrid ne chanteront pas de la mêmes façon pourtant tous les éleveurs travaille avec les mêmes références : Le mêmes Standard celui de la F.O.E. et F.O.C.D.E.


De part ce texte je veux vous faire comprendre comment des oiseaux aux chants très différents donnent dans l'idéal un Timbrado classique, d'un intermédio ou d'un discontinu.


Cette différence dans le chant peut exister, cependant les oiseaux sont toujours jugés sur le même standard avec la même grille qui est le cadre de la référence. Nous nous basons sur les informations de Miguel A. Martin Espada, président du C.T.C. Zaragoza et Également un grand éleveur de champion de Timbrado.


Ses règles sur le plan international reconnaissent le cadre de référence ce dont pourquoi le chant du Timbrado est apprécié.

Ce cadre de référence est utilisé lors de jugement il est fait de différents tours mondialement reconnu sur chaque concours de timbrado.


Mais ce standard est un formidable réservoir qui permet à chaque éleveurs de timbrado une certaine liberté et de diriger son élevage en fonction de ses goûts.
Heureusement pour nous éleveurs de timbrado ! Mais je pense aussi que cela apporte un plus, une certaine tension en compétition, le goût du sport et du dépassement de soi dans le chant.


Nous élevons un être vivant avec ses propres caractéristiques, types et capacités. Un oiseau n’est pas un appareil mécanique et si tous les Timbrados chanteraient de la mêmes façon cela serait triste et monotone ! C’est le défi que doit relever tous bons éleveurs de timbrado


Deux points de départ nous soumet le président du club de Zaragoza :


En tout premier lieu notre but doit être pour cultiver des canaris qui sont au sein du standard et avec une voix belle, fluide et limpide, en mesure des tours que l’oiseau peut faire jusqu’aux bout de ses possibilités physiques.


Il faut toujours visé la qualité en premier lieu et jamais la quantité.
Les tours doivent sonner clairement avec les syllabes prononcées comme dans le standard, claire dans les tours et reconnaissables entres elles.


La maîtrise des hauteurs tonales, la pureté des consonances, des flexions dans la chanson, l'alternance et la succession rapides font un tour et doit être les critères satisfaisants de la chanson du Timbrado.


Dans un deuxième temps, la manière de chanter de notre oiseau est en grande partie héréditaire.


L'oiseau déjà dans l'oeuf fixe quelques possibilités et des restrictions sur ses capacités physiques dans la construction de son chant.
Ses possibilités dans sa construction héréditaire peuvent être en principe infinies.
Le facteur d'entourage, du milieu autour de l'oeuf vient au jeune oiseau, au cours de son développement, lui donnent des restrictions dans sa chanson et nuie a ce que l’on veut obtenir.


Avec les deux points de départ évoqués ci-dessus dans ses propos, Miguel apprends aux éleveurs de son association à prendre une direction dans le chant, une méthode pour utiliser et atteindre le but choisi par l’éleveur dans le chant choisi.


En effet, le goût personnel des éleveurs n’est pas les mêmes et leurs préférences musicale peut indiquer leur direction dans le schéma du chant. Bien entendu tout en restant au sein du standard sur le plan international déterminé du timbrado.


Ainsi le but de certains éleveurs est d’élever des Timbrados qui exécutent le mieux possibles les tours les mieux notés.


Mais il peut aussi être fait autrement. Laisser nous partir une fois du standard.


Nous avons obtenu au cours d'un concours trois Timbrados éstimés a un total de 100 points chacun, de véritables champions, nous prendrons a titre d'exemple ses trois oiseaux.


Les oiseaux idéaux pour trois éleveurs différents sont reflétés ci-dessous dans le schéma de chant de l'oiseau type de A, B et C.


L'oiseau A est dans cet exemple, l'oiseau typique de Madrid, or on recherche un oiseau mélodieux avec de longue phrasé qui effectue ses tours (le Timbrado classique).


L'oiseau C est l’oiseau type de Zaragoza, or on apprécie généralement l'oiseau si le chant est caractérisé par l'alternance rapide et la douceur des sons qui sont formées par l'eau (le Timbrado discontinu).


Pour finir l'oiseau B, l’Andalou qui chante comme du discontinu puis faits des tours dans des alternances rapides et des sonorités appréciés, mais aussi les roulades et les consonances d'eau qui tempèrent sa chanson (le Timbrado intermédio).




Ces trois oiseaux sont tous les trois champions avec 100 points, le cadre de référence utilisé est le standard, mais pourtant on entend clairement toutes les différences dans leurs chants.

L’éleveur débutant peu alors conclure qu'un Timbrado chante très différemment d'un autre Timbrado, cependant il les reconnaît bel et bien.

Malgré les notes de valeur différentes au niveau des tours, ses oiseaux ont mérité honnêtement leur prix : ce sont de très bon oiseaux !

L’appréciation des éleveurs de l'oiseau B et C vont bien ensemble.

L'oiseau B a été sélectionné sur son chant discontinu pour faire ses tours lors du concours.
Cependant cette sélection dans la culture du chant est identique pour l’oiseau C. qui chante d’une façon discontinue par rapport à l’oiseau B. qui lui effectue des tours continus et devient un intermédio !

Ses deux éleveurs C. et B. travaille de la même façon et sélectionnent qualitativement leurs oiseaux sur des tours quantitativement discontinus.

Un autre sujet entier est la manière dont l’éleveur de l’oiseau A sélectionne son type d’oiseau. Il est apparu que sans utiliser de professeur d’écolage, il lui et très difficile de réaliser ce type d’oiseau. En peu de temps, va dominer dans son élevage un certain type de chant au sein du groupe et alors il doit permettre à ses oiseaux d’entendre d’autres sons, d’autres bruits pour qu’ils élargissent au maximum leurs possibilités de chants.

Il est clair que dans les douze tours du chant du Timbrado, un oiseau déterminé fera certains tours mais pas tous, un autre oiseau ne fera pas les mêmes tours et que si un oiseau fait certains tours c’est au détriments des autres consonances bien souvent.

Ainsi en écoutant un oiseau avec des sons métalliques clair, il apportera rarement des consonances d'eau et vice-versa.

Un oiseau qui se démarque par ses Floréos (discontinue) ne chante jamais des sons avec les Rodadas (comme un continu) et n'a pas non plus de son de timbres ou de castagnettes.

Mais c’est un sujet a part entière et bien entendu son ampleur mérite un article entier.
Ce sujet s’appelle : "el hielo por debajo del sol español".

Les éleveurs de renommés en Espagne plaident pour la culture des oiseaux avec leurs douze tours et c’est légitimes c’est pour prévenir de la perte de certains tours dans le future et pour éviter comme dans le cas du malinois waterslager ou du harz que ses tours soient perdus a jamais.

Ils plaident aussi pour que l’oiseau soit mélodieux, qu’il garde ses caractéristiques premières qu’il soit gai et enjoués ce qui fait le charme et les caractéristiques du Timbrado et qui lui a permis d’être reconnu par la C.O.M. comme race de canaris de chant à part entière !

Simultanément, les éleveurs passionnés valorisent les oiseaux qui font des tours d’ornement justement parce que son chant permet des combinaisons interminables et infinis. En effet, les tours d’ornements permettent des prononciations illimitées.

Il y a un bon nombre d’éleveurs passionnés qui prônent pour l’établissement d’une nouvelle race de canaris de chant qui n’effectuent que des tours discontinus.

Le standard permet pourtant une très grande liberté, laisse le choix a l’éleveur d’apporter son meilleur Timbrado dans les concours et il est magnifique d’entendre les différences de chant qu’apportent le continu, l’intermédio et le discontinu!

En entendants les différents chants, il est impossible de s’ennuyer du fait de ces diversités.

Toutefois, il revient la tache difficile aux éleveurs passionnés de juger tous les tours séparément pour obtenir des champions.

C’est à l’éleveur de déterminer le Timbrado idéal de part ses sélections afin d’obtenir le chant souhaité qu’il veut développer dans son élevage.

N.B. : qu’est ce qu’alors un Floréado ? Nous entendons souvent que c’est un oiseau spécialisé dans les tours d’ornements, c'est-à-dire aussi les Floréos, les Floréos Lentos et les variaciones Conjuntas. Dans les trois exemples cités, un éleveur peut constater que l’oiseau C est plutôt un Floréado que par rapport à l’oiseau A qui fait ses tours.

Aucun commentaire: